Agroéquipement et Environnement

Cartographiez vos parcelles avec DBI Drone

La société DBI Drone est un bureau d’études qui a développé des solutions spécifiques au monde agricole. Son application DBI Field permet l’application de mesures sur les parcelles agricoles et forestières par cartographie.
Nous vous invitons à télécharger le PDF ci-joint pour découvrir la gamme de solutions proposée par DBI Drone : Dégâts de gibiers – passage des gibiers Analyse des besoins du sol : azote – carbone... Analyse des canopées : scolyte – chenille processionnaire Mesures d’enherbement Mesures d’invasion mousseuse Mesures BUNGOT des densités de semis Etats des plans : Détection de maladies – détection de stress des plantes Suivi de croissance : cultures & agroforesterie Calcul de rendements Une question concernant un partenaire ? Contactez Christophe Dechoux,...

A vos agendas : Techniques innovantes de désherbage mécanique en viticulture

Une démonstration de techniques innovantes d’entretien du sol en viticulture se tiendra au domaine viticole Dopff au Moulin à Riquewihr (68) le mercredi 28 juillet 2021 de 13h à 18h. Cet évènement a pour but de présenter des techniques innovantes d’entretien du cavaillon en viticulture, en alternative aux herbicides, autour de différents ateliers thématiques : robot viticole de désherbage, outils de désherbage alternatifs (eau sous pression, désherbage thermique), méthodes de paillage.
La FRCUMA Grand Est sera également présente pendant l’après-midi et animera à cette occasion un atelier sur le thème de la mutualisation du matériel viticole en Cuma. Cette manifestation se déroulera dans le cadre du projet multi-partenarial « Viglyfree » sur les alternatives au désherbage chimique en viticulture, et est porté par l’EPLEFPA les Sillons de Haute Alsace, la Chambre d’Agriculture d’Alsace, le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace, le Syndicat Viticole de Riquewihr et la Mairie de Riquewihr. Nous restons à votre disposition pour tout renseignement...

Les Cuma achètent ... des enrubanneuses

Depuis plus de 30 ans, les CUMA ont adopté cet outil de récolte qui est venu se glisser entre ensilage et foin. Au fil des années, la fonction d’outil de sécurisation météo est complétée par la volonté de pouvoir récolter des fourrages à forte valeur alimentaire sans mettre en œuvre de gros chantiers organisés. Enrubanner en balles rondes ou cubiques, au champ, au lieu de stockage, ou encore en continu sont autant de stratégies qui correspondent à des gammes de machines et qui guident vers des choix qui peuvent être assez différents.
Balles rondes servies sur un plateau S’il fallait dresser un portrait robot de l’enrubanneuse en Grand Est, ce serait la machine achetée neuve en version traînée avec plateau tournant et un dévidoir. En version portée ou trainée, ce genre de matériel allie une performance moyenne à un prix d’achat lui aussi moyen. Dans bon nombre de groupes qui cherchent à réaliser aux environs de 1000 bottes par an, la performance de 30 à 40 bottes/heure est suffisante pour gérer des chantiers de début de saison et des surfaces de fin de campagne.  C’est un matériel durable qui n’est pas renouvelé...

Franc succès pour la journée « Devenez le top chef de vos vaches et jeunes bovins »

Comment bien gérer l’alimentation de son troupeau ? Quel matériel utiliser et quelle organisation choisir ? Autant de questions que les ateliers et démonstrations de la journée coorganisée par la FRCUMA Grand Est et la Chambre d’agriculture d’Alsace ont permis d’éclairer.
Les exploitants se sont rendus en nombre sur les exploitations de l’EARL Goehry et du GAEC des 4 ponts à Mittelhausen (67) afin d’assister aux ateliers techniques le matin puis au village des exposants l’après-midi. Chaque demi-journée a débuté par la démonstration de la mélangeuse distributrice de la CUMA de la Rosée qui a réalisé une ration vache laitière et une ration génisse. Mélangeuse de la CUMA de la Rosée   Durant la matinée, les ateliers en petits groupes se sont succédés sur des sujets tels que le management de l’auge (importance du pH, homogénéité de la...

En route vers le semis sous couvert …

… telle est la thématique de la formation suivie par les membres du GIEE de la CUMA de Condé (08) le 26 mai dernier. En mai 2020, une partie des cumistes de la CUMA de Condé ont souhaité débuter une démarche GIEE (Groupement d’Intérêts Economique et Environnementale) avec l’accompagnement de la FRCUMA Grand Est. Depuis cette date, différentes réunions se sont déroulées afin de déposer, en mai de cette année, une demande de reconnaissance de la CUMA en qualité de GIEE.
Différents axes de travail ont été identifiés, permettant aux exploitations de la CUMA, qui sont principalement en polycultures élevage, de travailler sur l’approfondissement d’un cercle vertueux au sein de leur structure. Ainsi, l’objectif des exploitants est d’investiguer le renforcement des pratiques agroécologiques au travers de la réduction des intrants et du travail du sol, qui va s’accompagner par l’introduction de nouvelles cultures dans les assolements permettant d’augmenter l’autonomie alimentaire des élevages. Pour finir, au sein d’une CUMA, le travail en commun est indissociable...

Mise en route de matériel de désherbage mécanique dans le Ried

C’est entre deux sessions de travail de récolte des foins que le GIEE de la Cuma de l’Ill s’est réuni pour assister à une mise en route de matériel de désherbage mécanique fraîchement acquis par la Cuma des Eleveurs du Ried à Baldenheim (67).
En effet, dans le cadre de la préservation du captage prioritaire d’eau potable d’Hilsenheim, la Cuma des Eleveurs du Ried a décidé de faire l’acquisition d’une herse-étrille, d’une roto-étrille et d’une bineuse avec interface caméra pour pouvoir diminuer l’utilisation des herbicides sur les cultures de céréales d’hiver et de maïs. La Cuma a pu bénéficier d’une aide PCAE lors de l’appel à projets 2020 pour l’aider à financer de tels matériels. D’un autre côté, le GIEE de la Cuma de l’Ill s’est constitué à l’automne 2020 pour travailler sur l’amélioration des pratiques agro-écologiques en...

Les Cuma achètent ... des andaineurs

Les andaineurs font une avancée marquante dans les Cuma par l’angle de la qualité du fourrage. Le modèle à rotor unique ou double est historiquement le standard, mais on lui trouve parfois le défaut de ne pas assez préserver les fourrages fragiles et de ramener les cailloux. D’autres concepts apparaissent pour permettre des utilisations plus diverses, notamment pour gérer des légumineuses.
Un parc qui se diversifie. Sur un parc matériel de plus de 210 machines, les modèles à double rotor restent très majoritaires avec près de ⅔ du parc.  A noter une particularité sur une partie de notre région, avec un nombre assez important de modèles simple rotor utilisés dans la chaîne de récolte du chanvre. En effet, plus de 30 machines sont dénombrées dans l’Aube dans des groupes organisés de la fauche au pressage sur cette production spécifique. 3 marques monopolisent ce marché, Claas, Kuhn et Krone avec des modèles en moyenne de 4.2 m achetés 1700 €/m. La famille des...

La Cuma Cep de Vigne souhaite désherber mécaniquement près de 80% de son vignoble

A l’occasion de son assemblée générale du 23 avril 2021, la Cuma Cep de Vigne, située en Centre-Alsace (68) a fait venir un cadre enjambeur frontal avec outils de désherbage mécanique du cavaillon pour une petite démonstration. Ce cadre a été conçu et monté par Sébastien Rauscher, en auto-construction. Présenté avec des disques émotteurs, le cadre peut s’adapter en largeur autour du rang et peut être monté avec d’autres types d’outils (bineuses à doigts, lames…).
Avec plus d’un tiers de ses adhérents déjà convertis à l’agriculture biologique (représentant actuellement 63ha sur les 210ha de la Cuma), déjà trois autres en projet de conversion, et d’autres qui souhaitent simplement se passer d’herbicides, les 20 adhérents de la Cuma Cep de Vigne ont une demande de plus en plus importante pour de tels outils de désherbage mécanique. Un projet d’investissement de plusieurs cadres enjambeurs et différents types d’outils est donc à l’étude par la Cuma, dans le but de pouvoir désherber mécaniquement un minimum de 100ha supplémentaire de vigne dès 2022. Grâce...

CUMA Terre et prés : un groupe en plein essor

La CUMA Terre et prés située à VALFF dans la Bas-Rhin compte aujourd’hui 24 adhérents. En développement constant, ses membres majoritairement en AB ou en conversion sont situés sur l’ensemble du territoire alsacien et montrent des besoins variés en matériels selon les types de cultures réalisés.
Elle dispose de matériels variés et peu répandus dans les CUMA du territoire comme un pulvérisateur ECODYN pour préparation biodynamique ainsi qu’un dynamiseur, une écimeuse, un broyeur à fanes de pomme de terre ou encore un défaneur thermique depuis peu. Cette CUMA est un excellent exemple de collectif ouvert à de nouveaux adhérents ; adhérents qui se forment régulièrement via les formations à la carte proposées par la FRCUMA Grand Est (vie du sol, biodynamie, …). La CUMA parvient à concilier les attentes diverses des adhérents avec une dynamique de groupe positive et une organisation...

Comment gérer ses prairies inondables ? Une question investiguée par le GIEE de la CUMA des Madeleines (55)

Le GIEE CUMA des Madeleines a pour objectifs de travailler autour de différents axes visant à replacer les exploitations au centre d’un cercle vertueux. La volonté du collectif est d’améliorer l’autonomie fourragère et protéique des exploitations de la CUMA. Ainsi, au sein de cette thématique, deux axes sont étudiés. Le premier consiste à intégrer de nouvelles cultures dans l’assolement avec les différents bénéfices agronomiques que cela induit, en particulier la réduction de l’utilisation des intrants, le stockage du carbone … Et le second repose sur l’amélioration de la gestion des prairies permanentes des exploitations de la CUMA, qui se situent, pour une majorité d’entre elles, en zones inondables.
Ainsi, afin de se perfectionner sur la gestion des prairies permanentes, les membres du GIEE de la CUMA des Madeleines ont été à l’initiative de deux temps d’échanges encadrés par Fanny MESOT, conseillère spécialisée en viande bovine et production fourragère de la Chambre d’Agriculture de la Meuse.  La première rencontre a eu lieu en salle le jeudi 8 avril après-midi. L’objectif de l’après-midi fût de discuter de l’amélioration de la productivité des prairies. Plusieurs axes de perfectionnement ont été abordé avec pour commencer une mise en avant des causes de dégradation d’une...

Pages

S'abonner à Agroéquipement et Environnement

Partenaires