Agroéquipement et Environnement

Les CUMA achètent ... des ensileuses : tendances et chiffres clès

L'investissement dans une ensileuse a été à l'origine de nombreuses créations de CUMA en secteur d'élevage, il y a plusieurs dizaines d'années. Aujourd'hui le contexte agricole a changé, l'impact sur les investissement en ensileuse dans les groupes est notable.
On compte en moyenne un investissement par an et par département en région Grand Est. Le ratio occasion/neuf est d'un tiers, il varie peu depuis 20 ans malgré l'évolution des tarifs d'achat, en effet on note une augmentation de 60% des prix entre les années 2000 et 2020 toutes marques confondues et modèles identiques neuf, soit +3% par an. Les CUMA ont plutôt tendance à conserver les machines le plus longtemps possibles, l'engagement d'activité sur de longues périodes dans un contexte de diminution des...

Une « Big » ensileuse pour s’adapter au contexte

Depuis sa création en 1996, la Cuma des Hauts Bois a eu l’ensilage pour activité principale. Cette fois-ci, le rachat monte en puissance et il a fallu bien réfléchir pour satisfaire tout le monde.
En 2013, la Cuma achète sa troisième ensileuse, une NH FR 9040 de 424 ch qui permet de réaliser les 300 à 350 ha d’ensilage maïs et herbe sans soucis. Mais ces dernières années, les stratégies changent et parmi les 8 exploitations utilisatrices, la plus importante (le Gaec de DARDU) part sur la voie de la méthanisation. Un autre Gaec adhérent fait le même choix et voilà les cartes rebattues. D’un côté, des structures de grande dimension, des silos adaptés aux gros débits et...

Les CUMA achètent … des semoirs monograines : tendances et chiffres clé

Historiquement présents dans les Cuma, le semoir monograine illustre bien la logique collective comme outil saisonnier ou le partage peut se faire facilement. Cependant, les évolutions d’assolement, de règlementation et les apports technologiques font fortement évoluer les achats. Partant d’un modèle avec des éléments semeurs standard et assez peu d’options, l’offre est aujourd’hui beaucoup plus large, ce qui fait bouger les lignes en matière de seuil de rentabilité
Le monograine 60 à 80 cm type maïs La culture du maïs reste la base d’un achat de semoir monograine soit en secteur élevage, soit en secteur de grandes cultures pour la valorisation en grains. On recense  dans les Cuma en suivi comptable sur Grand Est, un total de 226 semoirs dont 73 % sont des 6 rgs. Cette catégorie reste le cœur des ventes et on observe une disparition des achats récents en 4 rgs et à l’inverse l’apparition de modèles 8 rangs (10 % des outils en parc). Côté chiffres, les...

A la CUMA des Madeleines il n'y a pas que le beurre qui compte !

L’ensilage à la CUMA des Madeleines (55) est une vieille histoire puisque depuis les années 90 elle dispose de deux machines dans deux sections distinctes, un nombre peu commun mais logique au vu du vaste territoire dans lequel elles évoluent.
Au fur et à mesure les exploitations ont changé certaines arrêtant l’élevage, dans la globalité les fermes ont grossi et certains se sont tournées vers les ETA. Ainsi le renouvellement des ensileuses a longtemps été repoussé à cause de l’incertitude du maintien des surfaces. Cependant il devenait compliqué économiquement de conserver deux machines anciennes (2003), alors des réunions de concertation réunissant les deux groupes se sont organisées afin de définir les...

Un confort cabine qui séduit, une transmission qui déçoit

La cuma des Violettes (25 adhérents, 70 k€ de CA) est équipée d'un Merlo TurboFarmer II 42.7CS - 140. Il est utilisé pour la manutention du fumier et parfois pour du chargement de céréales et à l’ensilage. Bilan après 500 heures d'utilisation.
Située en Haute-Marne, la cuma des Violettes dispose d’une section télescopique depuis 1996. En outre, elle est aujourd’hui équipée de trois télescopiques, dont un Merlo TurboFarmer II 42.7CS. Au total, les trois télescopiques sont utilisés 1350 heures par an par les 8 adhérents. L’heure est facturée 17 euros.Merlo TurboFarmer II 42.7CS: un tracteur sur la route. Tout d’abord, ce télescopique Merlo est équipé d’une suspension de cabine hydropneumatique. Un équipement...

Malgré le confinement, la bineuse est mise en route…

La Cuma de Villesec, près de Colombey les 2 églises avait réfléchi longtemps son projet d’acquisition de bineuse haut de gamme (avec aide PCAE) destinée à satisfaire de multiples situations.
Il aurait été dommage de ne pas la mettre en route ce printemps comme prévu. Chaque maillon de la chaine s’est donc efforcé, dans le respect des règles de distance et de protection, de faire en sorte que la perte de temps soit minimale. Mi-mars, la bineuse Phenix est là aux Ets Graillot, prête à être livrée, alors il faut vite la faire arriver. Ce projet collectif regroupe 5 exploitations ayant des besoins en cultures de printemps à 50 ou 75 cm d’écartement (tournesol, maïs) pour 90 ha engag...

Ca ne chôme pas les déchaumeurs !

En 2019, la CUMA de la Roanne (54), a investi dans trois déchaumeurs à disques indépendants, initialement elle n'en possédait qu'un. La raison de ce changement est le fort accroissement d'utilisation de ce dernier.
En effet après une saison sèche, le déchaumeur de 5 mètres (Lemken Rubin) avait réalisé 5000 ha en une année, la CUMA a notamment été obligée d’en louer un second pour faire face à la demande et aux entretiens/réparations. Les utilisateurs ont étudié l’investissement d’un deuxième outil, mais rapidement la grande diversité des tailles d’exploitations a induit des discussions sur le choix de la largeur : 4, 5, ou 6 mètres ? Ce qui a amené...

Evaluation de l'impact du COVID-19 en Grand Est Agriculture - Agroalimentaire - Forêt

Vous trouverez ci-joint la note élaborée par le réseau Chambres avec le soutien des interprofessions et des opérateurs économiques.
 

Les CUMA achètent des tracteurs : tendances et chiffres clès

Ces 3 dernières années, le tracteur connait un développement important dans nos CUMA du Grand Est. Avec environ 80 acquisitions, 50 CUMA ont renouvelé ou développé leur "activité tracteur".
On note parfois 2 à 3 tracteurs investis ensemble, ce qui démontrrrrre que certains groupes sont en construction d'un schéma de fonctionnement en parc de machines, voire en CUMA intégrale, avec l'organisation qui va avec. Hors tracteurs viticoles, au nombre de 6, plusieurs stratégies d’achat apparaissent. L’occasion qui représente 26 % des achats peut se classer en 2 profils : des tracteurs de plus de 3500 h valant en moyenne 35000 € qui viennent compléter une logique de parc multi-tracteurs, et des achats très...

Un broyeur d'accotement à la CUMA du Cep de Vigne

A Bergheim, dans le Haut-Rhin, la cuma du Cep de Vigne vient d’investir dans un broyeur d’accotement.
Déportable et inclinable, il est destiné à faucher en sécurité les bords de fossés et les talus en bordure de parcelles viticoles. Un outil qui permettra aussi d’éviter de longues heures de débroussailleuse. 90 €/an/exploitation De marque Berti, ce broyeur d’accotement est équipé de 32 marteaux, pour une largeur de travail de 1,15 mètre et un poids de 345kg. Le broyeur d’accotement de la cuma du Cep de Vigne, d’une valeur d’achat de 3600 euros, sera amortie sur 6 ans. Ce qui...

Pages

S'abonner à Agroéquipement et Environnement

Partenaires