Viticulture : JPO à la CUMA des GALIPES (Marne)

Toutes les actualités
jpo cuma des galipes
La CUMA des GALIPES A PARGNY LES REIMS (51) a ouvert ses portes le samedi 28 octobre 2017, l’occasion de découvrir cette CUMA spécifique dans la Marne composée exclusivement de viticulteurs.
La CUMA des GALIPES a été créée en 1997 elle compte aujourd’hui 12 adhérents tous viticulteurs producteurs de Champagne et réalise un chiffre d’affaire annuel de 140 000 €. Il s’agit d’une des premières CUMA viticole de la Marne. Le Trésorier Thomas WAFFLART explique « En effet la coopération fonctionne très bien dans la vinification et ce concept est largement déployable dans le domaine de la mécanisation ». La CUMA des GALIPES possède ainsi 3 enjambeurs, 1 chenillard pour les parcelles inaccessibles car la particularité des vignes de Champagne réside dans leur taille. Il s’agit de micro parcelles : 120 parcelles réparties sur une surface totale de 18 ha. La CUMA a également investi dans une pulvérisation, une rogneuse, un broyeur à sarment, un épandeur à engrais, un épandeur à écorces et une mini-pelle. Le travail du sol est réalisé avec des disques et une charrue intercep obtenue grâce à une subvention du FEADER car les parcelles gérées se trouvent sur une zone de captage.

La CUMA a embauché un chauffeur salarié à temps plein. « Les adhérents ont peu accès au matériel » développe Thomas WAFFLART, car le chauffeur gère tous les travaux. C’est toute une organisation qui est bien coordonnée par le Président Didier RONDEAU qui centralise les besoins de chaque adhérent pour définir et répartir les missions du salarié. C’est en 2012 que la CUMA achète un hangar « le hangar rouge », en effet c’est l’ancien Président Alain RONDEAU, frère du nouveau président, qui prêtait jusque-là gracieusement son hangar. A la suite des différents achats de matériels, il devenait trop petit.

La force de cette CUMA réside dans l’implication bénévole de tous les adhérents ; Charlotte WAFFLART par exemple, la sœur de Thomas coordonne les tournées de traitements car elle était auparavant technicienne chez MAGISTER, réseau de surveillance pour une protection raisonnée du vignoble. Cette CUMA est également adhérente d’une station de lavage agri-viti pour limiter les effluents.

La CUMA des GALIPES a pour projet à court terme d’investir dans des tondeuses mais son plus grand projet réside dans une volonté d’aller vers une démarche d’homologation HVE « haute valeur environnementale » Ainsi  certains adhérents réfléchiront à une démarche plus respectueuse de l’environnement et pourront à moyens termes obtenir le label HVE. Cela signifie une viticulture plus respectueuse pour l’environnement en respectant un cahier des charges très rigoureux, crée et contrôlé par l’état français.
La certification se déroule autour de  4 thématiques La préservation de la Biodiversité, la Stratégie Phytosanitaire, la Gestion de la Fertilisation et la gestion de la ressource de l’eau. Cette démarche permet de mieux valoriser le prix de vente du raisin.

La jeune génération prend le relais dans cette CUMA « notre Président Didier est le dernier de la bande ! » s’amuse Thomas qui souhaite faire perdurer tout le travail mené par les viticulteurs qui ont créé cette CUMA.

Le but de cette journée porte ouverte à la CUMA des GALIPES est de faire connaitre notre CUMA et pourquoi pas d’accueillir de nouveaux adhérents viticulteurs qui souhaitent partager nos projets.
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

19 Mars 2020

L’objectif de l’appel à manifestation d’intérêt est de favoriser la création ou la consolidation de débouchés permettant de développer et consolider la présence de systèmes de culture favorables pour

Lire la suite de l'article

20 Février 2020

Pour la 4ème édition de notre colloque annuel, nous vous proposons un évènement délocalisé dans l’est de la France !

Lire la suite de l'article

Nous avons le plaisir de vous confirmer que nous avons obtenus collectivement – un report de l'échéance concernant la date butoire d'immatriculation des matériels soumis au SIV.

Lire la suite de l'article