Les éleveurs Nord-Lorrain s’intéressent au sursemis de prairie !

Toutes les actualités
Les éleveurs Nord-Lorrain s’intéressent au sursemis de prairie !
En septembre, deux évènements sur la thématique du sursemis de prairie ont eu lieu en Meuse et en Meurthe et Moselle. L’occasion pour les participants et les Cuma locales de s’interroger sur cette pratique à la réussite aléatoire. Les deux journées, organisées à l’initiative des chambres d’agricultures de Meuse et de Meurthe Moselle ont permis aux participants de bénéficier d’une expertise technique dans ce domaine et de voir évoluer en dynamique plusieurs semoirs pouvant être utilisés dans le cadre d’un sursemis de prairie.
Avant toute chose, s’intéresser aux causes de la dégradation

Fanny MESOT, Gauthier DEBOUT et Amélie BOULANGER, conseillers des Chambres d’Agriculture, ont rappelé l’importance d’identifier les causes de dégradation des prairies, avant d’envisager un sursemis de prairie.

Les différents conseillers ont aussi présenté les conditions de réussite d’un sursemis de prairie en particulier, le choix de périodes d’implantation et le choix des espèces.

Des démonstrations dynamiques de matériels, organisées par Guillaume SAINT-ELLIER et Quentin VAN CAMP de la FRCUMA Grand Est avec l’appui de Cuma locales comme la Cuma de Beauclair (55), la Cuma des Quatre Cantons (08), la Cuma du Saulnois (57) et la Cuma de la Nied Française (57), ont permis de comparer différentes techniques : Semoirs à disques ou semoirs spécifiques, Semis à la volée, semis à dents ...

Adapter le choix du semoir à sa pratique

Le choix de la technique d’implantation doit être raisonné suivant plusieurs critères : le matériel disponible sur l’exploitation, la régularité d’intervention, le nombre de passages nécessaires à l’implantation et la surface annuelle d’utilisation du semoir.

Pour cela différents semoirs ont été présentés : en démarrant par les semoirs plutôt typés céréales en semis direct (Horsch Avatar ou Sky Easydrill), les semoirs en Techniques Culturales Simplifiés (Vaderstad Rapid ou Aguirre TD) et les semoirs spécifiques au sursemis de marque Güttler ou Vredo.

Les semoirs SD ou TCS étant valorisés dans les exploitations et les Cuma pour l’implantation d’autres cultures, il était nécessaire de les essayer en sursemis de prairie afin de présenter aux participants une alternative économiquement intéressante aux semoirs spécifiques. Pour autant, dans le cadre d’une pratique régulière, ces semoirs présentent rapidement leurs limites du fait de leur inter-rangs large (entre 16 cm et 20 cm) qui n’est pas destiné à assurer une couverture optimale du semis, critère qui est recherché en sursemis de prairie.

Des semoirs conçus spécifiquement pour cette pratique de type Vredo Agri Séries et Güttler GreenMaster ont été présentés et particulièrement étudiés par les participants qui ont pu apprécier les différences d’implantation avec les semoirs typés céréales comme le meilleur positionnement de la graine et le rappuie plus adapté. A l’issue de ces essais, certains groupes songent à étudier plus en détail des projets d’achats pour des semoirs spécifiques qui nécessitent une centaine d’ha pour atteindre un coût/ha intéressant.

Les essais réalisés dans le cadre de ces deux démonstrations dynamiques seront suivis par les différents conseillers afin de présenter d’ici quelques mois, les résultats des différentes techniques utilisées. 

Guillaume SAINT-ELLIER
Quentin VAN CAMP
 
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Avec à peine une centaine d’unités en parc, ce type de matériel est moins présent dans les Cuma en raison de la spécialisation des fermes d’élevage qui en possède souvent un et même parfois deux pour

Lire la suite de l'article

Lauréate de France Relance « alimentation locale et solidaire », la Fédération Nationale des Cuma a lancé en juin 2021 son projet « Catalyseur ».

Lire la suite de l'article

Les effluents liquides sont soumis à des règles d’épandage qui ont évolué progressivement pour aboutir à un cahier des charges assez précis. Les CUMA ont eu deux approches, soit attendre l’arrivée de

Lire la suite de l'article