Les CUMA achètent ... des plateaux à fourrage

Toutes les actualités
Les Cuma achètent : des plateaux à fourrage
Toujours plus, plus loin, plus vite avec des règles de code de la route et de sécurité à respecter fait que la question du transport doit être prise au sérieux. Dans les Cuma du Grand Est, le transport de fourrage a trouvé ses adeptes entre ceux qui veulent travailler en sécurité et ceux qui doivent avaler les kilomètres pour trouver de la paille ou ramener le foin
Qui peut le plus …

C’est un peu la devise de certains groupes qui ont choisi les modèles les plus longs et avec la charge utile maximum.
L'investissement dans un chariot de ce type représente un budget de 18 à 21000 € pour peu que l’on prenne des pneus routiers, une roue de secours, des coffres …
Dans cette catégorie on retrouve quelques constructeurs de notre grande région avec Balon dans les Ardennes ou encore La littorale ou Brimont qui est assez présent avec son modèle équipé de dolly pour un transport plus stable.
Depuis les dernières années, la tendance est à s’équiper dans des chariots affichant une charge utile de 15 à 18 t pour des 10 m ou de 20 à 26 t pour des 12 m.
Pour des groupes réalisant des balles carrées ou de l’enrubannage, c’est devenu une obligation pour exploiter au maximum le volume à transporter.
Les “pailleux” ramènent en général 40 bottes 90*120 cm, ce qui représente 15 à 20 t de charge.
A contrario, les plateaux ou remorques à 2 essieux de 8 à 9 m subsistent dans des contextes de conditions géographiques limitantes et on en dénombre à peine 15 % dans les 150 machines de moins de 10 ans en parc.

Un outil qui doit durer

La durée d'amortissement de ces matériels est en moyenne de 10.5 ans et il n’est pas rare de croiser des outils de plus de 15 ans sur nos routes.
Cependant il faut être vigilant dans les choix de départ et généralement les Cuma s’équipent correctement en matière d’essieux, de freinage et de pneumatiques.
Finalement le point fragile est souvent les échelettes pour balles rondes ou carrées qui subissent nombre de vibrations et pour lesquelles il faut sortir le poste à souder. La tourelle et la flèche sont aussi des pièces à surveiller au bout de quelques années.

Toutes sortes d’unités pour le payer

La facturation des 1500 à 2500 € de budget annuel n’a pas de règle. Entre la taille du groupe, la diversité d’utilisation, les distances variables, la charge transportée, il n’y a pas de meilleure unité que celle réfléchie et acceptée par le groupe.
Chez certains, ce sera le km qui prend mieux en compte l’usure des pneus et chez d’autres la botte qui reflète les charges qui sont transportées.
On peut trouver des règles très forfaitaires, surtout si la Cuma a choisi de créer un parc de plusieurs machines. Chez d’autres on ira jusqu'à découper le budget pour moitié au km et moitié à la botte par exemple.
La notion de service rendu, de disponibilité doit aussi entrer en ligne pour établir le schéma de facturation. Par exemple, des travaux annexes du genre transport des sacs de semences ou d’engrais peuvent apporter une complément d’activité qui mobilise du temps, sans faire beaucoup de déplacement.

Camacuma s’est essayé aux plateaux

La récente centrale d’achat du réseau Cuma dénommée CAMACUMA s’est essayée à cet outil peu technologique et très soumis au variation du prix de l’acier. Bien lui en a pris puisque qu’une dizaine de cuma du Grand Est ont acheté un modèle 10 m ou 12 m proposé à des prix très attractifs en 2021. (12500 ou 15000 € ht)
Le principe, qui sera extrapolé à d’autres types de machines simples, est de déterminer un cahier des charges à partir des ventes connues dans le réseau Cuma et de le proposer aux constructeurs en demandant un tarif remisé pour l’achat de plusieurs dizaines de machines identiques.
Un effet de baisse d’au moins 20 % est attendu comparativement à un achat individuel. Si cet écart n’est pas obtenu, la marché est revu ou l’initiative ne prend pas forme.

Pour conclure, le marché du plateau à fourrage n’est pas très actif en occasion. C’est un outil qui est là pour longtemps et pour lequel la technologie n’est pas vraiment un booster pour renouveler.

 
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Quelles sont les nouvelles solutions d’épandage d’effluents liquides ? Quels en sont les enjeux économiques, et quelles sont les réglementations à appliquer ?

Lire la suite de l'article

Les Ateliers Dorez sont constructeurs et négociants en matériels agricoles depuis plus de 200 ans.

Lire la suite de l'article

Jeudi 16 septembre, la bineuse avec interface de guidage de la marque PHENIX sera en démonstration dynamique à Balignicourt, dans le cadre de la journée technique organisée par la FRCUMA Grand Est.

Lire la suite de l'article