Il était une fois ... le désherbage mécanique en Cuma

Toutes les actualités
Il était une fois
Comment utiliser le matériel en Cuma ?
L’outil est choisi et acheté, l’organisation mise en place, ... Comment les outils sont-ils utilisés par les adhérents ? Jérôme Massias, responsable de la herse étrille à la Cuma La Guirande observe : « En bio, nous l’utilisons sur le blé, au stade deux feuilles, et sur les cultures de printemps. On peut passer jusqu’à 4fois dans certains cas. Elle intéresse aussi en conventionnel pour enfouir le désherbant sur le tournesol. » « Le binage est assez courant dans notre secteur, précise Sébastien Bobineau, le responsable de la bineuse à la Cuma La Guirande, pour donner de la vigueur à la culture et pas seulement pour désherber. » Depuis 10 ou 15 ans, Christian Masserot, adhérent de la Cuma des Collines, désherbe tout son maïs avec un passage de bineuse au stade «6 ou 8 feuilles », après un traitement post-levée (1/3 de dose à 2 ou 3feuilles). Et ça fonctionne : à son maïs succède du blé implanté sans labour ; or pour que cela réussisse, «il faut que le terrain soit propre... et je n’ai pas de soucis », argumente-t-il. Pourquoi en Cuma ? Certes, certains adhérents conservent une partie de leur matériel de désherbage mécanique en individuel, comme dans la Cuma La Guirande, où quelques adhérents en bio ont leur propre bineuse, éventuellement plus sophistiquée, car ils ont une obligation de résultat et n’ont pas jugé pertinent un équipement collectif. De même, les matériels de la Cuma L’Inattendue viennent en complément des matériels personnels souvent utilisés en bio, comme la bineuse ou la herse étrille, et qu’il est plus difficile d’utiliser à plusieurs pour des raisons de disponibilité. En Cuma, les surfaces réalisées sont optimisées (de ce fait, le coût unitaire l’est aussi) et la maîtrise technique est plus facilement au rendez-vous qu’en individuel. La Cuma est donc un outil pertinent permettant à ses adhérents de s’équiper à moindre coût en différents outils complémentaires ou même en solutions complètes. En outre, la Cuma est un lieu de partage de connaissances, de conseils, entre adhérents, mais aussi ... entre salariés et adhérents. Quand Christian Masserot a intégré la Cuma des Collines et accédé au matériel de désherbage mécanique, il n’y a pas trouvé seulement l’outil, mais aussi des « adhérents qui étaient déjà des utilisateurs compétents avec de l’expérience » pour l’aider à démarrer du mieux possible. A la Cuma des Cinq Clochers, avec l’expérience et l’habitude des réglages des outils, des différents chantiers, les salariés peuvent apporter eux aussi leurs conseils aux agriculteurs qui sont, pour certains, en phase de découverte. En résumé, « investir en Cuma, comme le dit le président de la Cuma de Margerie-Hancourt, nous permet de diluer les coûts et ainsi de limiter les risques. De plus, l’achat en groupe facilite les échanges de pratiques et cela nous permet de devenir des apprentis de l’agriculture de demain. »

Pour en savoir plus cliquez ICI (pages 24)
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

19 Mars 2020

L’objectif de l’appel à manifestation d’intérêt est de favoriser la création ou la consolidation de débouchés permettant de développer et consolider la présence de systèmes de culture favorables pour

Lire la suite de l'article

20 Février 2020

Pour la 4ème édition de notre colloque annuel, nous vous proposons un évènement délocalisé dans l’est de la France !

Lire la suite de l'article

Nous avons le plaisir de vous confirmer que nous avons obtenus collectivement – un report de l'échéance concernant la date butoire d'immatriculation des matériels soumis au SIV.

Lire la suite de l'article